La pratique des audits internes en 8 points-clés

Lors de nos balades sur le Net, nous sommes tombés sur le guide ci-dessous qui raconte sur un ton impertinent et délicieusement décalé les pratiques des audits internes dans le milieu industriel. Cependant, la transposition dans le monde de la formation est aisée.

Que contiennent les 62 pages de ce guide rédigé et peaufiné au fil du temps par 3 auteurs, pratiquant depuis plus de 10 ans l’audit interne ? Voilà en 8 points ce qu’ils disent du métier:

1. un auditeur ignore tout des pratiques professionnelles des personnes qu’il audite et cette ignorance est son plus grand atout.

2. le monde change de plus en plus vite, le concept de qualité évolue et il faut absolument pousser les auditeurs à faire évoluer leurs pratiques d’audits à rechercher à harmoniser leurs manières de travailler.

3. les pratiques d’audits internes ont été développées en reproduisant celles des audits de tierce partie (note explicative : de certification eduQua. par ex.). Celles‐ci devant par nature se consacrer à vérifier la conformité des dispositions en place en regard des exigences des référentiels de management, les audits internes se sont souvent restreints à cette tâche en oubliant de s’occuper des propres exigences de l’organisme.

4.  les auteurs proposent un nouveau modèle de l’amélioration continue en y intégrant la notion du risque : le PRDCA Plan – Risk – Do – Check – Act.

5. la performance d’un organisme ne peut s’exprimer de manière absolue. Elle s’évalue en comparant un résultat à un modèle. Les modèles à prendre en compte sont les modèles internes formalisés comme les procédures par exemple mais aussi les modèles internes non formalisés comme des bonnes pratiques ou des résultats exigés par la hiérarchie.

6. la bienveillance est la seule posture possible en audit pour établir un rapport basé sur la confiance. La bienveillance ne peut être réelle que si elle est portée par une véritable sincérité de la part de l’auditeur.

7. l’audit interne peut constituer un outil d’une efficacité redoutable pour capitaliser des solutions en matière de qualité de vie au travail.

8. et enfin, les normes doivent aider à pratiquer des audits performants et pour cela, il faut en extraire le bon sens et la logique infuse. Il faut les considérer comme des guides à prendre en compte et ne pas tenter de les appliquer au pied de la lettre.

Pour ce qui est du dernier point, ne manquez pas notre rencontre du 3 octobre 2019 matin à Neuchâtel qui sera consacrée au bon sens dans la pratique de l’amélioration continue et du respect des normes. Pour vous inscrire dès maintenant : un e-mail à annika.ribordy@alice.ch. Cet événement est gratuit et aura lieu au CEFNA (Draizes 5, 2000 Neuchâtel). 

Ensuite, n’hésitez pas à faire les quiz proposé dans ce guide : ils se trouvent aux pages : 11 – 14 – 18 – 26 – 31 – 37 – 43 – 48. Vous apprendrez pleins de choses sur la définition de ce qu’est un « bon auditeur ».

En attendant notre prochaine rencontre, le comité RQFA vous souhaite une bonne lecture !

Vers le “Petit guide impertinent à l’usage des auditeurs internes” de Yvon Mougin, Serge Guillemin et Mathias Robert.

Cet espace est réservé aux membres. Merci de vous inscrire.

Connexion pour les Utilisateurs enregistrés
   
Nouvel utilisateur ?
captcha
*Champ requis
Powered by WP-Members